Les webinars attirent les clients comme des petits pains !

Les webinars attirent les clients comme des petits pains !

Quand on est entrepreneure, l’une des parts importantes de notre travail consiste à trouver et fidéliser des clients. Pour cela, vous pouvez être amenée à mettre en place diverses stratégies en fonction de votre univers, de vos qualités et de vos faiblesses.

Vous avez un charme fou à l’oral ?

La recherche de clients passe souvent par une « épreuve écrite » comme à travers la rédaction de communiqués de presse ou d’articles de blogs. Si pour vous cette façon de communiquer (qui pourrait pourtant vous ramener des clients !) est une épreuve voire un fiasco, la webconférence pourrait vous révéler davantage. D’ailleurs, vous avez sans doute une aisance à l’oral et même un charme qui va agir de lui-même pour convertir vos auditeurs en clients. Bien sûr, l’un n’empêche pas l’autre : vous pouvez très bien gérer un blog et organiser des webconférences pour trouver des clients, vous serez doublement gagnant !

Les clients aussi aiment vous écouter et vous voir

Si vous vous sentez à l’aise à l’oral, sachez que cette façon de communiquer met aussi à l’aise vos auditeurs. Aujourd’hui, beaucoup d’internautes ne cherchent plus leurs informations en lisant des pages web comme des tutoriels écrits, préférant nettement visionner une vidéo. Voir leur interlocuteur et les démos qu’il peut faire les rassurent et les aident à comprendre ce que vous proposez. La possibilité de s’inscrire à une formation en ligne ou à une webconférence est pour eux motivante et cela arrange bien vos affaires !
Pour autant, avoir un site web reste indispensable à la communication des professionnelles du web. D’ailleurs, vous aurez besoin de renvoyer vos auditeurs vers votre site web à la fin de votre webconférence, pour les fidéliser en leur permettant de s’inscrire à une newsletter et pour leur proposer vos services qu’ils auront certainement envie de découvrir. Autrement dit, avant de mettre en place votre webinar, prévoyez un site web fonctionnel avec des produits / services prêts à acheter : ils doivent être accessibles dès l’issue du webinaire, tant que vos auditeurs sont encore chauds !

Les clés de la conversion client

Vous avez beau avoir un charme fou à l’oral, vous aurez toujours à faire appel à l’écrit un minimum, pour la rédaction d’une newsletter par exemple. Vous aurez aussi besoin d’un minimum d’organisation, d’outils et de techniques qui permettront la conversion client. Par exemple, vous pourrez vous appuyer sur des supports multimédias, comme des vidéos, des diaporamas et autres contenus dynamiques que vous produirez vous-mêmes et présenterez à vos auditeurs. Utilisez vos talents à bon escient et si vous n’en avez pas (pour l’instant), rassurez-vous, des méthodes simples vont vous permettre de réussir vos webconférences. Vous en trouverez notamment dans l’une des formations en ligne que je propose. Cela vous aidera pour la création de visuels attrayants et professionnels, absolument indispensables à la réussite de vos webconférences. Aujourd’hui, un visuel brouillon n’est pas crédible !

Séduire bien au-delà de votre zone géographique

Si vous vous penchez deux secondes sur cette vérité évidente, vous aurez conscience du pouvoir du webinar en termes de développement de votre activité : le web touche le monde entier et la webconférence aussi. Plus besoin de chercher des clients dans votre ville, d’organiser des prestations correspondant aux activités locales… En vous mettant à la disposition d’internautes situés partout dans le monde, vous décuplez votre clientèle potentielle. Cela peut également donner le vertige, vous faire craindre de ne pas être à la hauteur mais en réalité, vous pouvez limiter le nombre de places et donc rester maître de la situation.
A vous maintenant, de faire connaître vos webinaires pour atteindre vos objectifs en termes de conversion clients !

6 points SEO à maitriser impérativement

6 points SEO à maitriser impérativement

Pour faire décoller votre site web, vous devez connaître les règles SEO fondamentales. Rien de très compliqué, les techniques SEO sont accessibles à tous ! On vous résume tout avec les 6 points clé SEO que vous vous devez de maitriser.

1 – Les balises SEO

Plusieurs balises sont utilisées en référencement : la balise title, les balises hn (h1, h2, h3…) et la balise meta description. Mais, à quoi servent-elles et comment les intégrer dans votre site ?

Balises hn (h1, h2, h3…)

Les balises hn servent à structurer un texte et à hiérarchiser son contenu. La balise h1 correspond au titre principal, la balise h2 correspond aux sous-titres, la balise h3 aux sous-sous-titres, etc. Elles s’écrivent de la manière suivante en html : <h2>Sous-titre (max. 5 mots)</h2>. Mais si vous publiez vos textes via un CMS comme WordPress ou Prestashop, il suffit de cliquer sur la balise titre (titre 1, titre2, titre 3…). Les professionnels SEO conseillent d’intégrer les mots clés au début des balises hn pour optimiser le référencement.

Balise title

La balise title ou balise titre permet à Google de savoir quel titre il doit afficher lorsque votre site apparaît dans les résultats de recherche. La balise title s’écrit avec ce code :  <title>Votre titre</title>.  Google prend en compte un maximum de 70 caractères pour ce titre, donc il est conseillé de choisir un titre qui ne dépasse pas cette longueur. Les bonnes pratiques SEO veulent que l’on introduise le mot clé en tête de titre.

Balise meta description

La balise meta description apparaît dans Google en tant que description de votre site. Elle contient un maximum de 160 caractères et s’écrit comme ceci : <meta name= »description » content= »Ecrire ici votre description » />. L’intégration des mots clés principaux dans votre meta description a un fort impact SEO, surtout si vous les combinez avec d’autres termes susceptibles d’être recherchés par l’internaute. Vous pourrez alors vous positionner sur un plus grand nombre de requêtes. Par exemple, pour un serrurier qui assure les dépannages même le week-end, il peut indiquer « dépannage le week-end » dans sa meta description, et d’autres mots intéressants comme « pas cher »,  « agréé » etc.

2 – Choix et utilisation des mots clés

Pour réussir votre stratégie SEO, le choix des mots clés est essentiel. Les mots clés sont les requêtes effectuées par les internautes via Google. Pour générer du trafic, vous pouvez créer autant de pages que de mots clés. Une page décrivant votre activité d’avocate spécialisée en divorce, une autre décrivant votre activité d’avocate spécialisée en droit des affaires, etc. Mettez vous à la place des internautes susceptibles d’être intéressés par vos prestations : que cherchent-ils dans Google ?

3 – Le texte autour du mot clé

Pour être efficaces, les mots clés doivent être intégrés dans des textes comme celui que vous lisez, dans lequel tout un champ lexical est développé. Cela permet de décupler les possibilités SEO, en multipliant les mots clés longue traîne. Créez des textes riches, utiles pour le lecteur et avec un style d’écriture bien à vous. Pensez à chaque phrase que vous écrivez : quels mots pourriez-vous utiliser et qu’un internaute chercherait ?

4 – Ergonomie mobile

Depuis 2015, Google serre la vis à tous les sites web dont la version mobile n’est pas au point. Cette année, cette rigueur atteint son apogée puisque Google déclasse fortement les sites web qu’il estime non adaptés à la navigation mobile. Heureusement, vous avez la possibilité de prendre connaissance de chaque détail technique à améliorer en consultant Webmaster Tools. Corriger ces erreurs, c’est gagner des places dans les résultats Google, ne pas les corriger, c’est faire stagner votre site ou le faire chuter.

5 – Eviter les pages non-indexées par Google

Plus un site contient de pages non-indexées, plus l’évolution SEO sera difficile. Comme des mauvais points que vous accumulez et qui vous empêche d’atteindre un score minimal nécessaire pour être bien positionné.

Plusieurs raisons peuvent expliquer la non-indexation de certaines pages dans Google. Par exemple, vous avez modifié des fichiers importants comme robots.txt et .htaccess, ou vous avez installé une extension qui modifie ces fichiers à votre place. Or, robots.txt et .htaccess ont le pouvoir d’empêcher l’indexation de votre site tout entier ou de certaines urls. Vérifiez ce qui s’y passe si votre site semble ne pas être indexé normalement.

Si vous utilisez un CMS comme WordPress, vous avez déjà publié un article dans plusieurs catégories à la fois. Cela peut générer plusieurs urls pour un même contenu. Si vous n’avez pas fait les bons réglages SEO, Google peut considérer cela comme du duplicata et refuser d’indexer les urls concernées. D’où l’importance d’utiliser l’url canonical, qui devient l’une des priorités SEO de 2019.

6 – Sitemap

Google finit toujours par découvrir toutes vos urls, tôt ou tard. Mais, lui fournir une sitemap via Webmaster Tools, surtout lorsque votre site est tout juste lancé, permet d’accélérer le processus. D’ailleurs, tout au long de la vie de votre site, vous aurez à mettre à jour la sitemap régulièrement, au fil des modifications de l’arborescence de votre site web. Plus tôt vous informez Google de la suppression ou de l’ajout de nouvelles urls, mieux c’est pour votre SEO.

Les techniques SEO de 2019 restent accessibles à tous, notamment grâce aux outils SEO proposés par Google, Analytics et Webmaster Tools.

Comment réussir votre boutique en ligne ?

Comment réussir votre boutique en ligne ?

Les 3 conseils de Lucie de Mortillet et Emilie Geoffroy-Ponson, expertes en e-commerce et marketing digital

Je vous donne souvent sur mon blog des conseils pour réussir votre site « vitrine » et pour mettre en avant votre activité sur le web. Peut-être que certains d’entre vous ont le projet de vendre leurs produits sur le web et donc de créer un site marchand ou une boutique en ligne.

Le e-commerce est en effet un marché en plein essor et de nombreuses personnes se lancent comme vous dans l’aventure. Cependant, peu d’entre elles arrivent à avoir une boutique en ligne visible et  rentable car elles n’ont pas fait les bons choix dès le départ.

C’est pourquoi j’ai voulu demander à Lucie de Mortillet et Emilie Geoffroy-Ponson, expertes en marketing digital et e-commerce, les 3 conseils qu’elles aimeraient vous donner avant de vous lancer, les voici ! Je laisse la parole à Lucie et Emilie !

« Notre conseil numéro 1 : pensez référencement et visibilité dès le début de votre projet. »

Vous le savez, la visibilité de votre boutique en ligne est primordiale pour vendre. Référencement, articles de blogs, emailing, réseaux sociaux… vous ne savez pas par où commencer ? Notre recommandation : privilégiez le référencement naturel comme levier de visibilité numéro 1. Cela passe par la structure de votre site (choisissez un thème ou un template propre et SEO friendly), mais aussi par votre contenu bien sûr (rédigez des descriptifs de pages et de rubriques mais aussi des fiches produit détaillées qui contiennent vos mots clés, sans oublier des articles de blog), enfin essayez de mettre en place des liens de qualité qui pointent vers votre boutique en ligne.

« Notre conseil numéro 2 : démarquez-vous immédiatement et cherchez à sortir du lot. »

Au-delà de votre produit en lui-même, réfléchissez à ce qui vous différencie des autres, ce qui vous rend unique, quelles sont vos valeurs, en quoi vos produits répondent totalement aux besoins de vos clients idéaux ? Vous n’êtes certainement pas le seul sur votre marché et la concurrence est bel et bien présente. Pour vous démarquer, votre boutique en ligne doit refléter un positionnement clair et impactant, et être en accord avec votre personnalité. Vous serez ainsi beaucoup plus à l’aise pour communiquer !

« Notre conseil numéro 3 : rassurez, rassurez et rassurez votre client idéal. »

Une fois que vos futurs clients sont sur votre site marchand et qu’ils sont séduits par vos produits, vous devez absolument les rassurer ! C’est la clé pour lever leurs freins et activer les ventes. Pour cela, il est essentiel qu’ils puissent trouver des avis sur vos produits, vos coordonnées pour poser des questions, différents modes de paiements sécurisés, des choix de livraison dans des délais courts et des frais de port raisonnables. Sans cela, vous risquez de les voir abandonner leur panier… Selon une étude de Baymard Institute, le taux d’abandon de panier e-commerce se situe entre 55 et 80 %.

[bctt tweet= »e-commerce : ne manquez pas le prochain webinar de Lucie et Émilie : https://easy-ecommerce.fr/webinaire-6-cles-boutique-en-ligne/ » username= »verogachet »]

Retenez bien ces 3 conseils, ils sont primordiaux pour la réussite de votre e-shop !

Emilie et Lucie animent régulièrement des conférences en ligne offertes sur ce sujet. Si vous avez envie de les suivre ou de découvrir leur formation en ligne « 4 semaines pour réussir le lancement de votre e-shop » cliquez ici : https://easy-ecommerce.fr/formation-reussir-son-eshop/

Je suis heureuse de faire partie des partenaires de confiance qu’elles recommandent pour la création de boutiques en ligne sous Woocommerce, l’extension e-commerce de WordPress. Voici d’ailleurs l’un des sites que nous avons réalisé pour une cliente commune : https://le-studio-de-julie.shop/

Des questions ? des commentaires ? N’hésitez pas ! Contact@easy-ecommerce.fr

Arrêtez de pousser vos visiteurs dehors !

Arrêtez de pousser vos visiteurs dehors !

Redirections : Arrêtez de pousser vos visiteurs dehors !

Tour d’abord, savez-vous ce qu’est une redirection et à quoi ça sert ?
C’est un moyen automatique de rediriger vos visiteurs vers une autre page. On s’en sert dans plusieurs cas de figure mais là je vais vous parler des 2 cas que je rencontre le plus souvent avec mes clientes.

1- Si vous modifiez l’adresse url d’une page ou d’un fichier, il faut faire une redirection de l’ancienne page vers la nouvelle
2- Si vous supprimez une page, vous devez rediriger vers une page d’accueil par exemple ou une page similaire

Si vous ne le faites pas vos visiteurs arrivent sur des pages en erreur ce qui n’est bien ni pour lui ni pour Google qui n’aime pas ça du tout.

Alors comment faire une redirection ? C’est très simple : on installe un plugin, une extension comme « Redirection » puis on entre dans un champ l’ancienne adresse, celle qui n’existe plus et dans l’autre champ, on saisit la nouvelle adresse.

Et voilà.
Donc vu l’impact négatif que peuvent avoir des pages en erreur et la facilité avec laquelle vous pouvez y remédier, inutile de vous priver.

Vous avez peut-être envie de compléter ?
Mettez vos commentaires juste en dessous !

Votre site est-il un site Web professionnel ?

Votre site est-il un site Web professionnel ?

Votre site est-il un site web professionnel ?

Alors, avez-vous répondu à la question ? Votre site Web est-il un site web professionnel ? En d’autres termes, est-ce qu’il est visible ? Est-ce qu’il vous apporte des clients ?
Est-ce qu’il reprend vos valeurs ? Est-ce qu’il vous plait ? Est-ce qu’il incarne votre entrepris e ou votre personne ?
Tout ça, ce sont des questions qui aident à répondre à la question : est-ce que votre site est un site professionnel ?
Mais d’ailleurs, qu’est-ce qu’un site web professionnel ?
Un site web professionnel se doit d’être :

  • Efficacité
  • Visibilité
  • Fonctionnalité
  • Ergonomie
  • Fiable
  • Sécurisé
  • Sécurisé
  • Séduisant
  • Compatible
  • Orienté client
  • Accessible

Alors, maintenant que je vous ai dit ça, tous ces critères, la liste n’est pas exhaustive, je vous repose la question : Votre site Web est-il un site web professionnel ?

Vous le voyez, un site pro fait appel a beaucoup de compétences et c’est ça qui fait la différence sur le long terme avec tous les sites existants.

Maintenant, je vous invite à vérifier combien de critères sont validés et à mettre ça en regard du succès de votre site.

Et me mettre vos commentaires juste en dessous !

Plaire à Google ou ne pas plaire à Google… telle est la question.

Plaire à Google ou ne pas plaire à Google… telle est la question.

C’est déjà compliqué de concevoir des articles qui plaisent aux internautes, alors plaire à Google… Heureusement, des astuces simples et pleines de bon sens permettent de rédiger pour l’internaute ET pour Google.

Un regard bivalent sur vos futurs articles

Le talent d’un rédacteur est de tenir 2 lignes de conduites différentes en même temps. Différentes mais complémentaires, ce qui rend l’exercice possible. La bonne nouvelle c’est que Google et l’internaute ont beaucoup d’attentes en commun. Ce qui est clair, c’est qu’un article qui ne plait à aucun ou à très peu d’internautes ne plaira pas à Google.

D’ailleurs le N°1 des moteurs de recherche analyse tous les paramètres de lecture de vos articles : plus les internautes restent sur votre article et suivent ses liens, plus ils le partagent, plus l’article a de chances d’être bien référencé dans les résultats naturels Google.

La bonne attitude est donc d’écrire un article qui plaira avant tout aux lecteurs, tout en pensant à satisfaire Google. Vous pouvez par exemple, faire une relecture qui permettra d’optimiser le texte pour Google.

Mais comment plaire à Google ?

Le géant américain tient compte de très nombreux détails pour classer votre site. Un peu comme une évaluation que vous faisiez en classe : chaque bonne réponse vaut un point et il est donc hors de question de répondre à chaque point de manière approximative. Elles doivent toutes être au top pour espérer avoir 20/20. Sauf qu’avec Google, vous ne cherchez pas à être le 1er sur une classe de 30… Mais le 1er  (ou presque) sur des millions de résultats ! Si si, c’est possible.

Champ lexical élargi

Google a conservé un aspect très robotique même s’il est devenu bien plus humain dans sa façon d’analyser le web. Aujourd’hui, vous ne pouvez plus tromper Google avec de « simples » techniques SEO. Il faut véritablement vous donner à fond dans la rédaction de votre article ! Plus vous utilisez un vocabulaire varié, plus vous aurez de chances d’attirer l’internaute jusqu’à vous.

Utilisez des synonymes, donnez des exemples pour reformuler des phrases différemment. Ces exemples permettent d’utiliser des mots plus simples, qui illustrent les mots plus théoriques. Et mine de rien, vous doublez le volume de votre champ lexical tout en aidant les internautes à bien comprendre ce que vous dites.

Hélas, on voit encore aujourd’hui des sites qui élargissent bien leur champ lexical, mais sans fil conducteur, sans intérêt pour l’internaute. Certains intègrent simplement les mots à la suite des autres, sans faire de phrases… Ce qui est pire que d’écrire un article peu approfondi. Google considère cela comme du spam et pénalise les sites qui suivent ces « méthodes ».

Article structuré et hiérarchisé

Pourquoi la structure d’un article est-elle importante ? Pour plusieurs raisons. D’abord parce que l’objectif le plus important à atteindre est de tenir l’internaute en haleine le plus longtemps possible. Si vous lui donnez ce qu’il attend dans les 2 premières lignes et que vous passez les 200 autres lignes à broder pour plaire à Google, cela ne fonctionnera sans doute pas. Chaque phrase doit avoir sa raison d’être.

Pour que votre article plaise à Google, vous devez donc être un peu comme un commercial qui, tout en rendant service à son client et lui apportant satisfaction, le mène sans qu’il le ressente comme une manipulation, à son objectif de vente. Une sorte de bon compromis 🙂

La Pyramide inversée

Un exemple de structure qui fonctionne très bien pour écrire un texte qui plaise à Google, et qui devrait même être un modèle pour chacun de vos futurs articles de blog : la pyramide inversée. Au sommet, un contenu court (l’introduction), qui résume l’ensemble de l’article. Puis des paragraphes de plus en plus détaillés, composés d’idées toujours plus précises et importantes.

Cette technique incite l’internaute à lire l’ensemble de l’article mais aussi à trouver tout de suite un paragraphe qui l’intéresse plus particulièrement. Il va donc lire ce paragraphe et sans doute d’autres, ce qui est mieux que de faire fuir un lecteur à cause d’un texte mal conçu qui le décourage dans sa lecture.

Peu d’articles, mais de supers articles

Beaucoup disent que plus la publication d’articles sur votre blog est fréquente, mieux votre site sera référencé. Oui mais, à condition que ce soit tous des articles béton ! Sinon, en réalité il vaut mieux faire peu d’articles mais très complets.

Par exemple, imaginons que le titre de votre article soit sous forme de question : « Comment être N°1 sur Google ». Votre article doit apporter toutes les réponses possibles à cette question. Si vous arrivez à trouver 20 paragraphes utiles sur ce sujet, alors faites-le ! Si cela vous semble compliqué, préférez une question plus ciblée : « Quelles techniques de référencement naturel en 2018 ? ». Mais vous devrez aussi chercher à rédiger un maximum de paragraphes utiles sur ce sujet ! La différence est que vous aurez beaucoup plus de chances d’atteindre le top 5 Google.

Complet mais succinct !

Le web a son format d’écriture bien à lui. Ici, pas de chapitres ni de longues phrases comme dans les romans. Votre article de blog contiendra idéalement des phrases courtes, un ton dynamique et peu de descriptions alambiquées.

Plus vos textes sont efficaces, plus l’internaute comprend que cet article ne lui fera pas perdre son temps : vous le retenez, et vous gagnez des points auprès de Google.

3 erreurs qui ne plaisent pas du tout à Google

Abuser des techniques SEO

Vous êtes très nombreux à penser qu’en appliquant toutes les recommandations SEO, au maximum, vous réussirez à booster votre référencement. En réalité, beaucoup de sites ne parviennent pas à décoller justement à cause de ce recours excessif aux techniques SEO.

Google ne vous le dira pas, n’appliquera pas de pénalité proprement dite sur votre site et pourtant, il ne l’autorisera pas à atteindre un positionnement correct. Vous n’atteindrez même pas les 100 premiers résultats…

Ne compter que sur Google

Rare sont les sites qui se positionnent d’eux-mêmes dans Google, sans que vous n’ayez fait d’autres démarches en parallèle du référencement naturel. Le partage vers les réseaux sociaux est d’une grande aide pour démarrer votre activité sur le web. Et c’est tout un art ! Votre activité sur les réseaux est vitale.

D’autre part, Google met un certain temps à accepter l’idée que votre site peut se positionner correctement, en toute légitimité. Comme s’il voulait vérifier que dans le temps, votre site fait vraiment l’affaire. Vous devrez donc pallier cette période de doute, pour faire vivre votre site autrement.

Investir beaucoup dans votre référencement naturel

Il y a investir et investir. Les sites internet investissent tous plus ou moins dans leur référencement. Le bon calcul est évidemment d’être rentable. Ne croyez pas que plus vous payez cher, plus ce sera positif. Investissez peu, mais dans les bonnes méthodes, celles qui durent, comme le référencement naturel. Optimiser vos textes garantit votre positionnement à long terme, contrairement à d’autres techniques plus alambiquées et/ou onéreuses qui ne durent qu’un temps.

Plaire à Google, plaire à l’internaute… finalement la rédaction est une histoire de séduction qui demande votre totale implication.

 

Pin It on Pinterest