C’est déjà compliqué de concevoir des articles qui plaisent aux internautes, alors plaire à Google… Heureusement, des astuces simples et pleines de bon sens permettent de rédiger pour l’internaute ET pour Google.

Un regard bivalent sur vos futurs articles

Le talent d’un rédacteur est de tenir 2 lignes de conduites différentes en même temps. Différentes mais complémentaires, ce qui rend l’exercice possible. La bonne nouvelle c’est que Google et l’internaute ont beaucoup d’attentes en commun. Ce qui est clair, c’est qu’un article qui ne plait à aucun ou à très peu d’internautes ne plaira pas à Google.

D’ailleurs le N°1 des moteurs de recherche analyse tous les paramètres de lecture de vos articles : plus les internautes restent sur votre article et suivent ses liens, plus ils le partagent, plus l’article a de chances d’être bien référencé dans les résultats naturels Google.

La bonne attitude est donc d’écrire un article qui plaira avant tout aux lecteurs, tout en pensant à satisfaire Google. Vous pouvez par exemple, faire une relecture qui permettra d’optimiser le texte pour Google.

Mais comment plaire à Google ?

Le géant américain tient compte de très nombreux détails pour classer votre site. Un peu comme une évaluation que vous faisiez en classe : chaque bonne réponse vaut un point et il est donc hors de question de répondre à chaque point de manière approximative. Elles doivent toutes être au top pour espérer avoir 20/20. Sauf qu’avec Google, vous ne cherchez pas à être le 1er sur une classe de 30… Mais le 1er  (ou presque) sur des millions de résultats ! Si si, c’est possible.

Champ lexical élargi

Google a conservé un aspect très robotique même s’il est devenu bien plus humain dans sa façon d’analyser le web. Aujourd’hui, vous ne pouvez plus tromper Google avec de « simples » techniques SEO. Il faut véritablement vous donner à fond dans la rédaction de votre article ! Plus vous utilisez un vocabulaire varié, plus vous aurez de chances d’attirer l’internaute jusqu’à vous.

Utilisez des synonymes, donnez des exemples pour reformuler des phrases différemment. Ces exemples permettent d’utiliser des mots plus simples, qui illustrent les mots plus théoriques. Et mine de rien, vous doublez le volume de votre champ lexical tout en aidant les internautes à bien comprendre ce que vous dites.

Hélas, on voit encore aujourd’hui des sites qui élargissent bien leur champ lexical, mais sans fil conducteur, sans intérêt pour l’internaute. Certains intègrent simplement les mots à la suite des autres, sans faire de phrases… Ce qui est pire que d’écrire un article peu approfondi. Google considère cela comme du spam et pénalise les sites qui suivent ces « méthodes ».

Article structuré et hiérarchisé

Pourquoi la structure d’un article est-elle importante ? Pour plusieurs raisons. D’abord parce que l’objectif le plus important à atteindre est de tenir l’internaute en haleine le plus longtemps possible. Si vous lui donnez ce qu’il attend dans les 2 premières lignes et que vous passez les 200 autres lignes à broder pour plaire à Google, cela ne fonctionnera sans doute pas. Chaque phrase doit avoir sa raison d’être.

Pour que votre article plaise à Google, vous devez donc être un peu comme un commercial qui, tout en rendant service à son client et lui apportant satisfaction, le mène sans qu’il le ressente comme une manipulation, à son objectif de vente. Une sorte de bon compromis 🙂

La Pyramide inversée

Un exemple de structure qui fonctionne très bien pour écrire un texte qui plaise à Google, et qui devrait même être un modèle pour chacun de vos futurs articles de blog : la pyramide inversée. Au sommet, un contenu court (l’introduction), qui résume l’ensemble de l’article. Puis des paragraphes de plus en plus détaillés, composés d’idées toujours plus précises et importantes.

Cette technique incite l’internaute à lire l’ensemble de l’article mais aussi à trouver tout de suite un paragraphe qui l’intéresse plus particulièrement. Il va donc lire ce paragraphe et sans doute d’autres, ce qui est mieux que de faire fuir un lecteur à cause d’un texte mal conçu qui le décourage dans sa lecture.

Peu d’articles, mais de supers articles

Beaucoup disent que plus la publication d’articles sur votre blog est fréquente, mieux votre site sera référencé. Oui mais, à condition que ce soit tous des articles béton ! Sinon, en réalité il vaut mieux faire peu d’articles mais très complets.

Par exemple, imaginons que le titre de votre article soit sous forme de question : « Comment être N°1 sur Google ». Votre article doit apporter toutes les réponses possibles à cette question. Si vous arrivez à trouver 20 paragraphes utiles sur ce sujet, alors faites-le ! Si cela vous semble compliqué, préférez une question plus ciblée : « Quelles techniques de référencement naturel en 2018 ? ». Mais vous devrez aussi chercher à rédiger un maximum de paragraphes utiles sur ce sujet ! La différence est que vous aurez beaucoup plus de chances d’atteindre le top 5 Google.

Complet mais succinct !

Le web a son format d’écriture bien à lui. Ici, pas de chapitres ni de longues phrases comme dans les romans. Votre article de blog contiendra idéalement des phrases courtes, un ton dynamique et peu de descriptions alambiquées.

Plus vos textes sont efficaces, plus l’internaute comprend que cet article ne lui fera pas perdre son temps : vous le retenez, et vous gagnez des points auprès de Google.

3 erreurs qui ne plaisent pas du tout à Google

Abuser des techniques SEO

Vous êtes très nombreux à penser qu’en appliquant toutes les recommandations SEO, au maximum, vous réussirez à booster votre référencement. En réalité, beaucoup de sites ne parviennent pas à décoller justement à cause de ce recours excessif aux techniques SEO.

Google ne vous le dira pas, n’appliquera pas de pénalité proprement dite sur votre site et pourtant, il ne l’autorisera pas à atteindre un positionnement correct. Vous n’atteindrez même pas les 100 premiers résultats…

Ne compter que sur Google

Rare sont les sites qui se positionnent d’eux-mêmes dans Google, sans que vous n’ayez fait d’autres démarches en parallèle du référencement naturel. Le partage vers les réseaux sociaux est d’une grande aide pour démarrer votre activité sur le web. Et c’est tout un art ! Votre activité sur les réseaux est vitale.

D’autre part, Google met un certain temps à accepter l’idée que votre site peut se positionner correctement, en toute légitimité. Comme s’il voulait vérifier que dans le temps, votre site fait vraiment l’affaire. Vous devrez donc pallier cette période de doute, pour faire vivre votre site autrement.

Investir beaucoup dans votre référencement naturel

Il y a investir et investir. Les sites internet investissent tous plus ou moins dans leur référencement. Le bon calcul est évidemment d’être rentable. Ne croyez pas que plus vous payez cher, plus ce sera positif. Investissez peu, mais dans les bonnes méthodes, celles qui durent, comme le référencement naturel. Optimiser vos textes garantit votre positionnement à long terme, contrairement à d’autres techniques plus alambiquées et/ou onéreuses qui ne durent qu’un temps.

Plaire à Google, plaire à l’internaute… finalement la rédaction est une histoire de séduction qui demande votre totale implication.

 

Plaire à Google ou ne pas plaire à Google… telle est la question.
Cet article vous a plus, notez-le.
Share This